Accueil / Le réseau / Maison de l'urbanisme : Fin tout court ou début de la fin ?

Maison de l'urbanisme :
Fin tout court ou début de la fin ?

Comment adapter nos territoires à la transition climatique ?
Date : mardi 3 décembre 2019 (20:00)
Adresse : Rue Belotte, 3 - 1490 Court-Saint-Etienne
Remarque : Maison de l'urbanisme - salle du Foyer Populaire, Court-Saint-Etienne


C’est à cette réflexion en débat et d’une brûlante actualité que nous vous invitons à participer lors de notre soirée de l’urbanisme en compagnie de Pierre LACROIX, paysagiste et auteur d’un mémoire sur la résilience des territoires post-effondrement (téléchargeable via ce lien).

La fin du monde ? Il parait que c’est pour bientôt. Non. Vous n’êtes pas dans un remake de Mad Max ou dans une nouvelle version du roman Ravages de Barjavel. Tous les voyants sont au rouge : déforestation, croissance des inégalités sociales et territoriales, dérèglement climatique, destruction de la biodiversité, dévastation des sols, etc. À l’imminente fin de nos ressources naturelles se grefferait l’annonce du pic pétrolier. De pic d’intérêt il en est aussi question pour les médias, les films, les ouvrages en tout genre qui font de la fin du monde un sujet sans fin, abondamment abreuvé par les récits de la collapsologie du latin collapsus qui signifie effondrement. Entendez, selon les collapsologues, l’effondrement de notre train-train quotidien. 

Mais de quel effondrement parle-t-on ? Du monde ou de nos modes de vie ? Et plus particulièrement, quelles conséquences concrètes pour nos territoires et l’urbanisme ? Comment nos tissus urbains et ruraux, façonnés par la croissance et la dépendance aux ressources fossiles non renouvelables, vont-ils réagir et trouver des solutions nouvelles ? Quelle va être la physionomie de nos villes post-pétrole ? Mais aussi, de quels mirages et dérives devons-nous nous garder dans ce grand chamboulement présagé par les collapsologues ?

À travers un périple entre Bruxelles et la Wallonie, avec une escale en Brabant wallon, nous embarquerons en 2050-2100 pour appréhender, à travers l’imaginaire de la bande dessinée, les impacts d’un hypothétique effondrement et les solutions expérimentées pour parvenir à une résilience des populations qui mettent en œuvre une nouvelle façon d’aménager et de ménager nos territoires. 

Dans ce périple, il sera aussi question d’interroger la collapsologie et ce qu’elle dit de notre temps. Entre catastrophisme éclairé ou obscurantisme paralysant, peut-on encore penser le monde de demain sans la peur comme carburant ?

5€

Inscription avant le 1er décembre au 010 62 10 63 - m.urbanisme@ccbw.be